Antioxydants et cancer – Des hommes et des souris (1)

Les antioxydants sont bons pour la santé. De nos jours, tout le monde sait ça et l’industrie agroalimentaire, les fabricants de compléments alimentaires ou encore les magasins diététiques n’hésitent pas à nous le rappeler. Encore mieux: les antioxydants protègent du cancer (et à en croire toute la publicité qui nous submerge, ils protègent d’un tas d’autres maladies aussi). Mais est-ce vraiment le cas?

Antioxydants et prévention du cancer: prendre des suppléments alimentaires fait-il une différence?

Commençons par revenir sur l’idée selon laquelle les antioxydants protègent du cancer. Sur quoi est-elle fondée? La logique semble plutôt simple: les radicaux libres sont des espèces chimiques très réactives qui peuvent endommager l’ADN; des lésions de l’ADN peuvent mener à la formation d’une tumeur; les antioxydants sont des molécules capables de neutraliser les radicaux libres; par conséquent, les antioxydants peuvent empêcher la formation de tumeurs. Tout à fait logique. Seulement voilà, la biologie est souvent plus complexe qu’un simple raisonnement logique.

Lorsque, dans les années 1990, les scientifiques ont commencé à comprendre que les radicaux libres étaient impliqués dans le développement de l’athérosclérose (et peut-être d’autres maladies), le mot “antioxydant” a quitté l’enceinte des laboratoires de chimie pour envahir la sphère publique. Intriguée par les bénéfices potentiels, la communauté scientifique et médicale a mis en place des essais cliniques pour déterminer si une supplémentation alimentaire en antioxydants pouvait avoir un impact sur la prévention du cancer ou des maladies cardiovasculaires. Les industries de l’agroalimentaire et des compléments alimentaires, ainsi que les médias, sont eux passés directement à faire l’éloge illimitée des antioxydants, qu’ils soient la toute nouvelle baie à la mode, du thé vert, des pilules ou des additifs dans la préparation des céréales pour petit-déjeuner (oubliez la montagne de sucre, regardez plutôt la quantité d’antioxydants contenue dans votre bol de céréales!).

Pourtant, les suppléments alimentaires antioxydants n’ont pas apporté les bénéfices espérés. Si l’on considère la prévention du cancer et des maladies cardiovasculaires, les études cliniques les plus larges ont généré des résultats décevants. Par exemple, en 1996, les résultats de la Physician Health’s Study, menée aux États-Unis sur quelques 22 000 hommes suivis pendant 14 ans, ont montré qu’il n’y avait pas de différence dans les taux de cancer, de maladie cardiovasculaire, ou de mortalité, entre les hommes qui avaient pris des suppléments de bêta-carotène (50 mg un jour sur deux) et ceux qui avaient pris un placebo durant les 13-14 ans de l’étude (1). D’autres études ont conduit à des conclusions similaires: les suppléments d’antioxydants n’ont aucun impact substantiel chez les personnes en bonne santé pour les choses importantes comme la prévention du cancer (voici un billet de blog qui liste plusieurs de ces études).

Suppléments antioxydants vs fruits et légumes

Bien sûr, l’absence d’effet des suppléments alimentaires antioxydants en termes de prévention du cancer ou de maladie cardiovasculaire ne signifie pas que les antioxydants sont globalement inutiles.

Premièrement, il est important de se rappeler que le mot antioxydant ne représente pas seulement quelques précieuses vitamines, mais une propriété chimique partagée par de nombreuses molécules de structures différentes. Les antioxydants ne sont pas juste le bêta-carotène, la vitamine E ou encore le sélénium, mais aussi beaucoup d’autres espèces chimiques que nous trouvons dans notre alimentation ou que notre propre corps peut fabriquer. Même si des radicaux libres potentiellement dangereux sont constamment produits dans notre corps, nous sommes donc correctement équipés pour les gérer.

Deuxièmement, l’absence d’effets bénéfiques détectables des suppléments alimentaires antioxydants ne veut pas dire pour autant qu’un régime alimentaire riche en aliments contenant des antioxydants (les fruits et les légumes notamment) n’est pas lui porteur de bénéfices. Il est peu probable qu’avaler un antioxydant donné isolé dans une pilule fournisse les mêmes avantages que manger des fruits et des légumes qui non seulement contiennent différents types d’antioxydants, mais aussi de nombreuses autres substances utiles. L’absence d’effet bénéfique d’une supplémentation alimentaire peut aussi tout simplement vouloir dire que les humains tirent déjà des bénéfices des antioxydants présents dans une alimentation équilibrée et que rajouter une pilule par-ci par-là ne change pas grand-chose.

Prendre des suppléments alimentaires, “au cas où” ?

Il est possible d’objecter que tous les suppléments antioxydants ainsi que toutes les combinaisons possibles de ceux-ci n’ont pas été étudiés dans de larges essais cliniques, ou encore que les études n’ont pas encore pu être conduites sur des périodes assez longues pour détecter les bénéfices potentiels des suppléments alimentaires antioxydants. Pourquoi donc ne pas prendre quelques suppléments de vitamines, juste au cas où? Ça ne peut pas faire de mal, non?

Si l’on était sûr que les antioxydants sont effectivement inoffensifs en toute circonstance, cela n’aurait pas d’importance en effet – à part peut-être pour votre porte-monnaie. Cependant, les résultats de quelques études ont donné lieu à une mise en garde contre une utilisation trop généralisée et aveugle de suppléments alimentaires antioxydants (voir section suivante). Un rapport Cochrane publié en 2012 a même rapporté l’existence d’une très légère augmentation de la mortalité associée à l’utilisation de suppléments alimentaires (bêta-carotène, et peut-être vitamine E et vitamine A) (2).

Ces dernière années, une tendance croissante à assimiler l’adjectif “naturel” à “non dangereux” semble s’être propagée dans la société. La plupart des gens conviendraient sans problème que le venin de serpent, quoique “naturel”, n’est pas forcément “non dangereux”. Pourtant, la distinction entre naturel et inoffensif semble devenir plus floue dès lors que la conversation tourne autour de l’alimentation, des vitamines ou des suppléments alimentaires. Selon la logique populaire, si l’on absorbe déjà des antioxydants dans notre alimentation sans que ce soit nocif, et si les antioxydants protègent des dommages causés par les radicaux libres, alors il ne peut y avoir aucun danger à en prendre un peu plus pour être sûr d’être “bien protégé”. Seulement voilà, encore une fois, la biologie est un peu plus complexe que cela. Le contexte est important. De très légères variations dans les quantités sont importantes. Tout un tas d’autres facteurs viennent compliquer l’équation de départ, aussi simple semble-t-elle.

Les suppléments alimentaires antioxydants et le cas particulier du cancer du poumon

En 1994, un large essai clinique mené en Finlande sur environ 29 000 fumeurs suivis pendant 5 à 8 ans a observé une augmentation de l’incidence du cancer du poumon de 18% dans le groupe d’hommes qui prenaient des suppléments de bêta-carotène par rapport au groupe d’hommes qui prenaient un placebo (3). Un essai similaire mené aux États-Unis sur environ 18 000 fumeurs, ex-fumeurs et ouvriers exposés à l’amiante (trois facteurs connus pour augmenter le risque de cancer du poumon) a également mis en évidence une association entre le risque de développer un cancer du poumon et la prise d’une combinaison de suppléments alimentaire de bêta-carotène et vitamine A: le risque de développer un cancer du poumon chez les hommes prenant les suppléments était 28% plus grand que le risque chez les hommes prenant un placebo (4). Face à ces résultats, l’étude avait d’ailleurs été stoppée plus tôt que prévu pour des raisons éthiques évidentes.

Une difficulté inhérence à ce genre d’études est évidemment l’interprétation des résultats. Bien que l’augmentation du risque de cancer associée à la prise de bêta-carotène fût statistiquement significative dans l’étude finlandaise, il n’y avait à l’époque aucune explication biologique plausible pour un tel résultat et les auteurs de l’étude se demandèrent si leurs résultats étaient bien représentatifs d’un phénomène clinique réel. L’étude américaine, en rapportant des résultats similaires, renforça la possibilité que les antioxydants soient effectivement néfastes dans le cas particulier d’individus ayant déjà un risque accru de développer un cancer du poumon par rapport à la population générale. Cependant, une explication biologique manquait toujours.

Une étude publiée récemment dans Science Translational Medicine montre maintenant qu’une supplémentation alimentaire en antioxydants accélère la progression du cancer du poumon chez la souris (5). Les chercheurs proposent également un mécanisme moléculaire pouvant potentiellement expliquer pourquoi les antioxydants ont un effet nuisible dans la situation étudiée, fournissant ainsi des indices quant à la nature de l’explication biologique qui manquait lors des études finlandaise et américaine des années 1990. (Si vous souhaitez en savoir plus sur cette étude, c’est ici).

Quelques points à retenir

– Jusqu’à maintenant, aucune étude fiable menée à grande échelle n’a détecté de réel impact positif des suppléments alimentaires antioxydants en ce qui concerne la prévention du cancer ou des maladies cardiovasculaires.

– Par contre, certaines études cliniques ont mis en évidence la possibilité que des suppléments antioxydants augmentent le risque de cancer du poumon chez des individus ayant déjà un risque plus élevé que le reste de la population. Une étude publiée récemment dans Science Translation Medicine vient s’ajouter à ces essais cliniques et fournit des pistes pour comprendre comment une supplémentation alimentaire en antioxydants peut augmenter le risque de cancer du poumon.

– Il est important de noter toutefois qu’un lien entre le risque de cancer et une supplémentation en antioxydants chez certains individus ne signifie pas que les fruits et les légumes peuvent être nocifs pour ces personnes. En effet, une supplémentation conduit à des quantités d’antioxydants bien supérieures à celles tirées d’un régime alimentaire normal.

– Les fruits et les légumes contiennent de nombreuses substances potentiellement bénéfiques au-delà des seuls antioxydants; pour le moment, une bonne recommandation générale semble donc être de manger des fruits et des légumes régulièrement et de ne pas perdre son temps et son argent à chercher le supplément alimentaire miracle.

A lire (une sélection d’articles sur lesquels je suis tombée lors de la préparation de ce billet):

Les antioxydants: mythe et réalité. Blogue Agence Science-Presse
Les antioxydants: amis ou ennemis? Fondation ARC pour la recherche sur le cancer
Antioxidants: Beyond the Hype. Harvard School of Public Health.
The antioxidant myth is too easy to swallow. The Guardian.
Cancer Research UK:
– Science blog – Series: Antioxidants
– Science blog – Vitamin supplements do not reduce the risk of cancer
Diet and cancer: the evidence (liens vers de nombreuses études scientifiques)
Enough is enough: stop wasting money on vitamin and mineral supplements. Editorial, Annals of Internal Medicine (American College of Physicians).

Références

1. Lack of Effect of Long-Term Supplementation with Beta Carotene on the Incidence of Malignant Neoplasms and Cardiovascular Disease. Hennekens CH, Buring JE, Manson JE, et al. N Engl J Med 1996; 334:1145-1149. doi: 10.1056/NEJM199605023341801

2. Antioxidant supplements for prevention of mortality in healthy participants and patients with various diseases. Bjelakovic G, Nikolova D, Gluud LL, Simonetti RG, Gluud C. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 3. Art. No.: CD007176. doi: 10.1002/14651858.CD007176.pub2

3. The Effect of Vitamin E and Beta Carotene on the Incidence of Lung Cancer and Other Cancers in Male Smokers. The Alpha-Tocopherol Beta Carotene Cancer Prevention Study Group. N Engl J Med 1994; 330:1029-1035. doi: 10.1056/NEJM199404143301501

4. Effects of a combination of beta-carotene and vitamin A on lung cancer and cardiovascular disease. Omenn GS, Goodman GE, Thornquist MD, et al. N Engl J Med 1996; 334:1150-55. doi: 10.1056/NEJM199605023341802

5. Antioxidants accelerate lung cancer progression in mice. Sayin VI, Ibrahim MX, Larsson E, Nilsson JA, Lindahl P, Bergo MO. Sci Transl Med. 2014 Jan 29;6(221):221ra15. doi: 10.1126/scitranslmed.3007653
PMID: 24477002

Publicités

3 réflexions sur “Antioxydants et cancer – Des hommes et des souris (1)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s