En bref (avril 2014) – Interféron béta et sclérose en plaques ; vitamine A et immunité

Voilà un certain temps que je n’ai pas partagé certaines de mes lectures scientifiques “en bref”, donc voici:
interféron béta et sclérose en plaques, ou comment l’identification d’un nouveau type de cellules immunitaires offre un nouvel indice pour comprendre le mode d’action thérapeutique de l’interféron béta,
vitamine A et immunité, ou comment l’absence de vitamine A affecte le développement du système immunitaire et ses priorités.

  • Interféron béta et sclérose en plaques

L’interféron béta (IFNβ) est utilisé dans le traitement de la sclérose en plaques (SEP) depuis environ vingt ans. Il appartient à un groupe de protéines appelées cytokines (souvent connues comme étant les messagers du système immunitaires) et joue un rôle important contre les infections virales. Depuis que des essais cliniques ont montré que l’IFNβ pouvait aider à empêcher et/ou limiter les rechutes ou la progression de la SEP, il est largement utilisé dans le traitement de la SEP. Cependant, les mécanismes moléculaires à la base de son effet thérapeutique sont encore peu compris, et, avec eux, les raisons pour lesquelles il est inefficace pour de nombreux patients (jusqu’à 50% d’entre eux).

Plusieurs études se sont penchées sur les modes d’action potentiels de l’IFNβ et les données actuellement disponibles suggèrent que son effet thérapeutique pourrait provenir d’une modification de la barrière hémato-encéphalique (limitant ainsi l’inflammation et la formation de lésions dans le système nerveux central) ou d’une opposition à un type de réponse immunitaire délétère mené par des cellules appelées Th17 (lymphocytes T produisant la cytokine IL-17; ces cellules sont bénéfiques lorsqu’il s’agit de combattre des infections bactériennes ou fongiques mais ont un effet néfaste dans plusieurs maladies auto-immunes). Des chercheurs de l’Université de Copenhague ont maintenant ajouté une autre possibilité à la liste pour expliquer l’effet thérapeutique de l’IFNβ dans la SEP : ils décrivent dans leur étude un nouveau type de cellules T régulatrices (Treg) appelées FoxA1+ Treg (les Treg sont des cellules immunitaires spécialisées dans le contrôle des réponses immunitaires). Ces cellules FoxA1+ Treg nouvellement identifiées sont présentes dans le système nerveux central de souris ayant des symptômes similaires à ceux de la SEP ; elles sont également présentes en plus grand nombre dans le sang de patients atteints de la SEP qui répondent au traitement par IFNβ que dans le sang de patients pour qui le traitement par IFNβ est inefficace. Dans leur étude, les chercheurs décrivent les caractéristiques moléculaires des cellules FoxA1+ Treg et leurs propriétés immunosuppressives et montrent que ces cellules peuvent être dérivées in vitro à partir de cellules T simples en ajoutant de l’IFNβ au milieu de culture.

L’existence, l’identité spécifique et les caractéristiques des cellules FoxA1+ Treg doivent évidemment maintenant être confirmées par d’autres études. Il sera également intéressant de savoir si ces cellules sont aussi présentes dans des tissus autres que le système nerveux central et éventuellement dans d’autres maladies auto-immunes inflammatoires. Pour l’instant, l’identification des cellules FoxA1+ Treg fournit un nouveau mécanisme à explorer plus avant pour mieux comprendre l’effet thérapeutique de l’IFNβ dans la SEP et surtout pourquoi il est inefficace pour de nombreux patients.

(Liu Y et al, Nature Medicine 20 March 2014, doi: 10.1038/nm.3485)
Pour un peu plus de détails (en anglais) : A new Treg subset on the block

  • Vitamine A et immunité

La vitamine A joue un rôle important dans le développement du fœtus et de l’enfant. La conséquence néfaste la plus connue d’une carence en vitamine A est peut-être la cécité qui affecte des centaines de milliers d’enfants dans le monde chaque année. La vitamine A et en particulier un de ses métabolites, l’acide rétinoïque, sont également impliqués dans divers aspects du système immunitaire. Deux études parues cette année se sont intéressées à l’effet d’une carence en vitamine A sur le développement du système immunitaire in utero et sur les réponses immunitaires à l’âge adulte. Les deux études ont exploré les conséquences d’une carence en vitamine A sur le système immunitaire de souris, soit en donnant aux souris une alimentation complètement dépourvue de vitamine A, soit en modifiant génétiquement les souris pour interrompre les voies de signalisation de l’acide rétinoïque, supprimant ainsi tout effet qu’exercent normalement la vitamine A et l’acide rétinoïque.

Dans une des études, les chercheurs ont observé qu’une absence de vitamine A pendant la gestation conduisait à la formation d’organes lymphoïdes secondaires plus petits chez les souriceaux (les organes lymphoïdes secondaires sont le lieu d’initiation et de développement des réponses immunitaires). Même lorsque les souris femelles avaient accès à un régime alimentaire contenant de la vitamine A en quantité normale dès la naissance de leurs petits, ceux-ci conservaient des organes lymphoïdes secondaires de taille réduite par rapport à des souris contrôles (qui n’avaient jamais subi de carence en vitamine A). À l’âge adulte, les souris qui avaient des organes lymphoïdes secondaires réduits à cause d’une interruption des voies de signalisation de l’acide rétinoïque pendant le développement intra-utérin et périnatal présentaient une capacité moindre à combattre une infection virale comparées à des souris contrôles. Dans l’ensemble, les résultats de cette étude offrent un exemple supplémentaire du rôle important de la vitamine A lors du développement fœtal, montrant qu’une absence de vitamine A pendant cette période induit des changements durables dans le système immunitaire.

Dans l’autre étude, les chercheurs se sont intéressés aux types de réponses que le système immunitaire de souris adultes pouvait générer en absence de vitamine A. Il est déjà connu qu’une carence en vitamine A affecte différentes populations de cellules immunitaires, diminuant de manière générale la capacité du système immunitaire à se battre contre des infections. Cependant, les chercheurs ont trouvé que l’absence de vitamine A, bien que rendant effectivement les souris plus susceptibles à des infections bactériennes, augmentait à l’inverse leur capacité à contrôler une infection par un parasite. Les auteurs de l’étude suggèrent donc qu’une carence en vitamine A ne fait pas que diminuer de manière générale l’efficacité du système immunitaire, mais influence aussi le type d’immunité qui est privilégié.

* Un rappel peut-être utile: le fait qu’une carence en vitamine A ait des effets néfastes ne veut pas pour autant dire qu’un excès de vitamine A est forcément bénéfique.

Dans la première étude, les chercheurs ont aussi observé que les petits des souris femelles ayant une alimentation enrichie en vitamine A au-delà de ce qui était nécessaire avaient des organes lymphoïdes secondaires plus larges que ceux des petits de souris femelles ayant une alimentation contenant des quantités normales de vitamine A. Comme l’étude était focalisée sur les effets d’une carence en vitamine A, les chercheurs n’ont pas plus exploré les conséquences potentielles d’un excès de vitamine A. Cependant, dans un commentaire publié en parallèle de l’étude, un autre chercheur (non impliqué dans l’étude) soulève la question des effets éventuels d’un excès de vitamine A sur les réponses immunitaires, et en particulier sur les réponses menant aux maladies chroniques inflammatoires et auto-immunes.

(van de Pavert et al, Nature 3 April 2014, doi: 10.1038/nature13158)
(Spencer et al, Science 24 January 2014, doi: 10.1126/science.1247606)
(Eberl G, Nature 3 April 2014, doi: 10.1038/nature13216)

Pour un peu plus de détails (en anglais) : Vitamin A and the immune system

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s