Les souris choisissent de courir dans une roue, même dans la nature

Wheel running 2
Photo credit : Johanna H Meijer and Yuri Robbers

Courir est devenu un sport populaire ces dernières années. À une certaine époque, croiser un jogger dans la rue était chose rare, mais aujourd’hui, il semble que tout le monde coure. Je suis souvent étonnée de voir la quantité de gens foulant le bitume à n’importe quelle heure de la journée, par n’importe quel temps.

Tout en devenant à la mode, courir a aussi pris une tournure plus high-tech. Je vis dans une grande ville où les coureurs à l’équipement high-tech, branché (et coûteux) sont monnaie courante. Cependant, alors que j’étais récemment de passage dans une petite ville de campagne, j’ai été surprise de croiser sur un trottoir deux femmes faisant leur jogging au beau milieu de la journée, habillées et équipées comme des coureurs de marathon. Cela m’a semblé être le signe ultime que courir était vraiment devenu le truc à faire. (Je ne suis pas sure que le style de course-bavardage qu’elles pratiquaient par une belle journée printanière nécessitait vraiment un matériel et des vêtements high-tech branchés, mais après tout, si ça aide à s’extirper de son canapé et rend le jogging plus agréable, pourquoi pas?)

Pourquoi suis-je en train de parler de course à pied, et quel est le but scientifique de ce billet, vous demandez-vous peut-être ? Et bien, il ne s’agit de rien de sensationnel, mais simplement d’une petite expérience scientifique sur laquelle je suis tombée hier, lors de ma lecture matinale, et que j’ai eu envie de partager car je l’ai trouvée simple et mignonne (oui, mignonne). Le bilan de cette étude est que les souris choisissent volontairement de courir dans une roue, même dans la nature.

Les roues sont utilisées en recherche pour stimuler et mesurer l’activité des souris. Cependant, courir dans une roue est souvent considéré comme un comportement non “naturel” pour des souris, quelque chose qui se produit uniquement en captivité et qui pourrait même être catégorisé comme un comportement pathologique. Remarquant qu’il n’existait en fait aucune étude sur la question et qu’il n’y avait donc pas de données soutenant l’idée selon laquelle courir dans une roue est un comportement se produisant uniquement chez des souris en captivité, deux chercheurs de l’Université de Leiden ont posé une question toute simple : si l’on place une roue dans la nature, des souris sauvages l’utiliseront-elles?

La réponse à cette question est : oui, les souris utilisent la roue. Les chercheurs ont placé des roues dans deux endroits différents (un jardin en milieu urbain et une zone de dunes non accessible au public) et ont enregistré l’utilisation de ces roues par les souris (et par d’autre animaux assez petits pour accéder à la roue) via des détecteurs de mouvement et des caméras, sur une période de trois ans. Ils ont observé que les souris entraient dans la roue pour y courir et que dans 20% des cas, la durée de course était supérieure à une minute, la plus longue étant de 18 minutes. À partir des enregistrements vidéos, les chercheurs ont remarqué que les souris courant dans les roues étaient principalement des jeunes. Dans la zone de dunes, les souris entraient plus fréquemment dans la roue pour courir la nuit que le jour, mais dans le jardin en milieu urbain, il n’y avait pas de différence significative dans l’utilisation de la roue pour courir entre le jour et la nuit. À propos de cette observation, les auteurs de l’étude suggèrent que la pollution lumineuse en zone urbaine peut modifier le comportement des souris sauvages.

D’après cette étude, il semble que courir dans une roue puisse donc être un comportement volontaire montré par des souris dans leur environnement naturel et pas seulement en captivité. La question est alors de savoir ce qui peut bien motiver les souris à courir dans la roue. Les deux auteurs de l’étude ne se sont pas penchés sur cette question mais mentionnent néanmoins dans leur article des mécanismes possibles impliquant des systèmes de motivation et de récompense. Dans un article du New York Times parlant de cette étude, une scientifique de l’Université du Michigan remarque que courir active en général des circuits de la récompense dans le cerveau humain, mais qu’il existe également des différences innées de tempérament, chez les humains ainsi que chez d’autres animaux. Alors, pour chaque souris qui est entrée dans la roue pour courir, y en avait-il une ou plusieurs autres dans les parages regardant et dédaignant l’exercice?

Enfin, pour le côté mignon de l’histoire, jetez un œil aux vidéos de la section “supplementary data”, vous pourrez y voir une souris, une grenouille et une limace utilisant la roue.

Référence
Wheel running in the wild. Meijer JH and Robbers Y. Proceedings of the Royal Society B. 21 May 2014. doi: 10.1098/rspb.2014.0210

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s